Desesquelles Isabelle

Isabelle Desesquelles, UnPur

« UnPur » est un roman difficile. Au sens propre comme au figuré.

Difficile à aborder, à lire, à comprendre. Difficile à s’approprier aussi.

Parce que le sujet éprouvant traite d’un des crimes les plus abject qui soit et qu’il faut avoir le cœur et l’âme bien accrochés pour le supporter.

Parce que l’auteure met des mots sur l’indicible mais qu’elle reste dans la suggestion. Après, tout est affaire d’imagination et c’est là que cela devient le plus douloureux car l’esprit refuse ne serait-ce que de poser des images sur des phrases insupportables.

Parce qu’Isabelle Desesquelles ne se refuse rien et qu’elle aborde l’épineux sujet du syndrome de Stockholm sans oublier de laisser une part d’ombre plus qu’inquiétante.

Parce que ses mots sont doux et cruels, qu’il y a de la poésie mais qu’elle est impitoyable.

Ce roman laisse un goût plus qu’amer. Le fond est nécessaire et la forme est contrôlée. Isabelle Desesquelles remue la boue et traite des cicatrices de l’enfance, des traces indélébiles. Une vie d’adulte gâchée pour quelques instants d’inattention.

Beau et laid à la fois, dérangeant et malsain, « UnPur » fait partie de ces récits difficiles à oublier mais, j’y ai déploré un sujet qui force l’empathie au détriment des personnages. Sentiment paradoxal de consommer un livre déchirant et de pourtant ne pas s’attacher aux individus, aussi bouleversants soient-ils.

Étrange de pleurer sur le sort d’une créature de papier et pourtant de la sentir si éloignée. Surprenant de ressentir autant de scrupules de ne pas l’aimer plus.

La faute à la forme peut-être, que je n’ai su apprécier à sa juste valeur. Un style très personnel, une écriture singulière qui aura pris le pas sur ma compassion. Peut-être…

Un cas de conscience qui me laisse perplexe pour un aussi beau roman et un avis nuancé qui invitera, je l’espère, à découvrir un récit aussi maîtrisé que celui-là.

 

4ème de couv’

 

Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.

Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel il va choisir.

Quarante ans plus tard s’ouvre le procès du ravisseur, il n’est pas sur le banc des accusés, et c’est sa victime que l’on juge.
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?

De l’Italie – Bari et Venise – au Yucatán et ses rites maya ancestraux se déploie ici l’histoire d’un être dont on ne saura jusqu’au bout s’il a commis l’impardonnable.

À sa manière frontale et poétique, Isabelle Desesquelles joue avec la frontière mouvante entre la fiction et le réel, et éclaire l’indicible.
Roman de l’inavouable, UnPur bouscule, envoûte et tire le fil de ce que l’on redoute le plus.

14 réponses »

      • Lu et pas tout à fait approuvé… J’ai aimé la fin, assez abrupte, violente, qui laisse des interrogations, mais à un moment du récit, j’ai un peu perdu pied, la faute à la narration qui ne m’a pas happée. Comme toi…

        Par contre, j’ai aimé les métaphores du fusil car l’auteure a su décrire l’horriblement glauque avec des mots « simples » et des images plus que parlantes.

        Mitigée je suis… :/

      • Oui, j’ai presque honte d’avoir bloqué sur le style alors que le sujet est grave et bien traité avec les métaphores.

        Sujet ô combien bouleversant mais j’ai eu un blocage bête.

  1. Ce livre est effectivement à part, par son traitement et par son écriture. Moi ça m’a totalement emporté, après avoir mis du temps à y entrer. En tout cas, tu ne vas pas l’oublier

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s