Coups de coeur

Boston Teran, Satan dans le désert

51W37HHX2QL__SY344_BO1,204,203,200_Il existe des romans qui laissent une trace indélébile, dans la tête, dans le cœur et dans l’âme. Des histoires qui marquent au fer rouge, qui gardent les traces de quelques larmes sur leurs pages. Des livres qui parlent de haine, de violence, d’amour et de rédemption. « Satan dans le désert » est tout cela, et bien d’autres choses encore.

Les virevoltants hantent les pages de ce roman comme ils hantent les paysages arides du désert de Mojave, traversant la route 66 tels des fantômes végétaux poussés par un vent brûlant, annonciateurs de duels, sorte de rite sacré dans tout bon western. Car le roman de Boston Teran est un western : Moderne, cruel, sans pitié, ultra-violent.

Peinture sans concession de l’Amérique profonde, « Satan dans le désert » n’épargne personne et encore moins ses lecteurs. Drogue, sacrifice et secte satanique : le fond cauchemardesque que l’auteur a choisi est des plus obscurs.

L’affrontement du bien et du mal n’est en rien manichéen et la violence, même à l’échelon le plus haut, n’est pas gratuite un seul instant, en est même l’essence de l’histoire, le carburant d’un roman qui fait plonger très profondément dans le pire de l’homme, de ses vices et de ses perversions.

Histoire de dépendance: à la drogue, à l’amour, à un dieu ou un diable, ce récit met son lecteur face à ses propres addictions et ses propres limites. Introspection brute, remise en question cruelle.

Malgré cela, la poésie qui émane des mots de Teran éponge un peu du sang qui suinte de ces pages. L’amour qui prend naissance dans la haine et le chaos apporte l’espoir que l’on avait perdu face à ce récit et c’est bouleversé et chamboulé que l’on referme ce roman. Un peu rassuré de ne plus avoir à subir ce déferlement de violence, un peu déçu que cela soit déjà terminé…

images4JW09GZH 5Sans titre  

Humeur musicale

Pink Floyd, cité dans le roman. Le meilleur groupe de tous les temps pour moi et ce morceau est un monument: A écouter les yeux fermés…

4ème de couv’

Bienvenue en Californie comme au Nouveau-Mexique ! Vous y trouverez des folles sans identité, isolées en plein désert dans desimages_1361096868 caravanes en ruine, des bandes non identifiées, insaisissables, menées par des gourous en quête de gibier, des taulards cuits et recuits par le soleil, surveillés par des flics improbables et des hommes prospères protégés par les murs de leurs villas discrètes… Vous y trouverez l’enfer sur terre. Parce que son ex-femme a été massacrée et que sa fille a disparu, le flic Bob Hightower sort enfin de sa léthargie. Ce qu’il découvrira au bout du chemin dépasse l’entendement.  » Les mots de Boston Teran vous hantent longtemps après que vous avez refermé son livre. Je suis encore sous le choc « , Harlan Coben. Boston Teran, auteur sous pseudonyme, dit seulement de lui qu’il est né dans le Bronx de parents italiens et qu’il vit aujourd’hui en Californie. Satan dans le désert a reçu le prix Creasey Dagger du premier roman en Angleterre ainsi que le prix Calibre 38 du meilleur roman policier 2004 en France.     Gallimard,  2005

 

     

Advertisements

32 réponses »

  1. J’ai failli rater ton article.
    J’ai adoré ce titre, c’est pour moi un classique de la littérature policière.
    J’ai aussi adoré un autre titre de cet auteurs. Je crois que ça s’appelle 3 femmes. 🙂
    Merci pour cet excellent retour de lecture , Miss 🙂

  2. Je l’avais chroniqué l’année dernière et ça avait été une grande claque aussi… Mais je pense me souvenir que Yvan avait trop peur de le lire… je me trompe ?? PTDR

  3. ah mais que je suis content !!!!!!!!! Qu’est ce que je jubile de savoir que tu as adoré ce livre !!!!!! Car oui, c’est un sacré bouquin ! de ceux dont on se souvient longtemps !!! Celui là, il fait partie de mon panthéon littéraire !!!!! Et tu en parles tellement bien !!! Reste plus qu’à Yvan de s’y frotter !!! mais passe lui ton gilet par balle avant, et assure toi qu’il a souscrit une assurance vie !! 🙂

    • Je savais que tu apprécierai 🙂
      Oui, un putain de bouquin qui m’a fait penser à Rafael derniers jours ou Zulu.
      Ces romans dont la violence est centrale et nécessaire
      Merci encore pour cette découverte 🙂

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s