Mosby Steve

Steve Mosby, Un sur deux

Résumé

unsurdeuxmosby

Vaut-il mieux mourir ou condamner l’autre à la mort ? Avant d’en tuer un sur deux, un serial killer torture les couples qu’il séquestre : à eux de décider. Jodie vient de tromper Scott et se sent coupable. De son côté, il recense cinq cents raisons de l’aimer. Ils sont enlevés. L’inspecteur Mercer n’a que quelques heures pour les retrouver avant qu’ils ne craquent. Et vous, que feriez-vous ?

L’auteur

Steve-Mosby-a20153553

Steve Mosby est né en 1976 à Leds au Royaume-Uni. Il est l’auteur de romans policiers accueillis dès le début avec enthousiasme par les amateurs de suspens. Seuls trois titres sont disponibles pour l’instant en langue française : « Un sur deux » (2008), « Ceux qu’on aime » (2009) et « Les fleurs de l’ombre » (2012), tous publiés par les éditions Sonatine.

Mon avis

imagesCAWQTU3T-Définition d’un thriller digne de ce nom :

Roman à suspense, conçu et écrit pour provoquer des émotions fortes chez le lecteur et réservant un rebondissement de dernière minute auquel on ne s’attend pas ( Ha vraiment ?!?)

-Définition d’un tueur en série psychopathe digne de ce nom :

Sadique et sans aucune empathie pour son prochain. Use d’originalité et d’ingéniosité pour se démarquer de ses confrères. (Exit couteaux, armes à feu et autres outils conventionnels. Bonjour tournevis, scie à ruban, coupe-ongles et autre petite cuillère!)

Bon, en un résumé plus que réducteur, voilà ce qu’on peut attendre d’un bon thriller et Steve Mosby, pour ce premier roman, a bien révisé ses leçons. Toutes les ficelles sont utilisées, convenues certes, mais il faut bien commencer par quelque chose et il faut avouer que cela fonctionne.

Son tueur est un original puisqu’il se sert de l’amour des couples pour les torturer et au final, épargner celui qui choisit de sauver sa propre vie plutôt que celle de l’être aimé. Encore un complexe d’Oedipe non réglé…On retrouve dans ce roman le bon vieux flic torturé au bord du divorce, le jeune enquêteur brillant et admiratif du précédent… Bref, toute la galerie de personnages conjugués à toutes les sauces dans des centaines de romans et par autant d’auteurs.

Sauf un ! En plein milieu du roman, voilà que Mosby nous balance un chapitre dédié à un certain « Charlie ». Un personnage qui apparaît sans prévenir et qui disparaîtra tout aussi vite et j’ai eu beau tenter de comprendre, le retourner dans tous les sens, je n’ai pu qu’en déduire que l’auteur, en pleine régression, nous avait planqué un Charlie simplet à côté de son psychopathe ! Même pas charliebesoin de le chercher dans une foultitude de gens ce Charlie, ça gâche le plaisir…

Bon, hormis ce curieux hommage post-adolescence, l’histoire fait mouche. C’est bien écrit, le rythme ne s’essouffle pas..Pour un premier roman, c’est plutôt bien. De là à le comparer au Silence des agneaux et à Seven…

Ma note : 7/10

Humeur musicale

Publicités

4 réponses »

  1. Bien aimé aussi mais comme tu le dis si bien rien d’original!!!!! Un bon moment qui fait du bien quoi!!!!

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s