Cleave Paul

Paul Cleave, Un père idéal

Résumé

PC1imagesJack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il va se tourner pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur.

L’auteur

Paul Cleave est né à Christchurch en Nouvelle-Zélande, en 1974.images

Il a travaillé comme prêteur sur gages pendant sept ans avant de se tourner totalement vers l’écriture. Il avait écrit son premier roman à 19 ans, et depuis ses premiers jours à l’école, a toujours voulu être un écrivain. Un employé modèle est son premier roman. Il a connu un succès international retentissant, se classant dès sa parution en tête des meilleures ventes en Allemagne, au Japon, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

imagesCAI934ZC

Mon avis

et ceux des autres: Le Capharnaum éclairé

Comment devenir fan d’un auteur en 2 leçons:

  • Avoir un coup de coeur pour son premier roman (Un employé modèle ).
  • Lire le second en 24 h sans pouvoir le lâcher!

A cimages1eux et celles qui ne connaissent pas encore Paul Cleave, achetez, empruntez, volez un de ses livres. Faites comme vous voulez mais lisez le car cet auteur néo-zélandais est un des meilleurs du genre à mes yeux. Des scénarios très originaux et un style précis, mordant, implacable!

Edward Hunter est comptable. Marié, père d’une petite fille, il coule des jours heureux et paisibles dans sa maison de Christchurch. Une vie simple pour un homme qui croit l’être…car le vrai prénom d’Edward est Jack, comme son père : Jack Hunter qui est en prison depuis 20 ans pour les meurtres de 11 prostitués alors qu’il paraissait être un bon père de famille.

Après l’arrestation de son père, la vie d’Edward bascule dans l’horreur. Sa mère se met à boire et se suicide un an plus tard. Sa soeur Belinda, sombre dans la drogue et la prostitution et meurt à son tour à l’âge de 19 ans. Edward est recueilli par ses grands parents et coupe tout contact avec son père.

 Lorsqu’il rencontre Jodie, il se met à rêver d’une vie simple et rangée, annihilant les attentes de tous sur sa lourde hérédité, jusqu’au jour où Jodie se fait tuer sous ses yeux lors d’un braquage… et que la part d’ombre d’Edward refait surface et retourne vers son père.

Au delà d’un simple thriller, Un père idéal est aussi un questionnement sur le futur d’une enfance maltraitée par la vie,le combat d’un homme luttant contre ses propres démons et la déchéance d’une ville vouée à une gangrène de violence. La violence engendre-t’elle la violence ?

Le centre-ville est délimité par quatre longues avenues qui créent une gigantesque boîte, au sein de laquelle un réseau de rues parallèles forme un damier où les bâtiments sont de deux types : les laids construits il y a cent ans, et les un peu moins laids construits depuis. Le paysage pourrait être transposé dans un roman de Sherlock Holmes sans que personne ne voie la différence, à part Holmes lui-même, qui se demanderait pourquoi les pickpockets et les héroïnomanes ont déserté Baker Street pour laisser place à des membres de gangs et à des sniffeurs de colle.

Ce n’est pas une suite de son premier roman mais on y retrouve le fameux Boucher de Christchurch, compagnon de détention de Jack Hunter. Simple apparition,rappel chronologique de ses romans, je gage qu’un clin d’oeil sera fait à Edward dans le suivant.

Un coup de coeur de plus pour 2012!

Ma note : 10/10

Lien vers le site officiel de Paul Cleave ( en anglais ou en allemand )

Advertisements

5 réponses »

  1. Je suis navrée de ne pas laisser plus de commentaires sur ton blog. Je vais y remédier, ça fera partie de mes bonnes résolutions 2013 !
    Tu es bien enthousiaste pour cet auteur, je n’ai lu aucun de ses livres encore mais celui ci est sur ma longue, longue, longue liste de livres à lire …

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s