Werber Bernard

Bernard Werber, Troisième humanité

Résumé

imagesCAVLIVZFNous sommes à l’’ère de la deuxième humanité.
Il y en a eu une avant.
Il y en aura une… après.

En Antarctique, le paléontologue Charles Wells et son expédition découvrent, tout au fond d’un lac souterrain, les restes de squelettes humains d’environ 17 mètres de long.

A Paris, le projet d’étude de son fils David sur le rapetissement humain est sélectionné par un tout nouveau programme de recherches, consacré à « l’ évolution de notre espèce ».

Wells père a retrouvé l’ancienne humanité, Wells fils entrevoit la prochaine humanité, mais ils sont loin encore de savoir la vérité.

C’est grâce au soutien et à la passion amoureuse d’’une femme, Aurore Kammerer, spécialiste dans la connaissance des Amazones, que sera révélé le plus surprenant des secrets et réalisée la plus folle des expériences, modifiant à jamais l’’avenir des générations futures.

L’auteur

Il naît à Toulouse, en Haute-Garonne, le 18 septembre 1961. Dès l’âge de 13imagesCAKVMD3P ans, il écrit des histoires pour un fanzine, partie de sa vie qui lui servira pour ses romans, comme dans L’Empire des anges. Après ses études en criminologie à l’Institut de Criminologie de Toulouse et de journalisme à l’École Supérieure de Journalisme de Paris, il devient journaliste scientifique pendant une dizaine d’années, notamment pour Eurêka, le magazine de la Cité des sciences et de l’industrie. Il fut aussi un collaborateur régulier du Nouvel Observateur. De ces années lui vient son goût pour la science, qu’il mêle avec ses thèmes favoris, des fourmis à la mort jusqu’aux origines de l’humanité.

Les œuvres de Bernard Werber ont été traduites en trente-cinq langues. Avec 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Bernard Werber est, avec Marc Lévy, l’un des auteurs français contemporains les plus lus au monde. Il est même considéré comme une star en Corée du Sud.

Suite à son livre éponyme, il a initié l’Arbre des possibles, site Web et « projet pour rechercher ou imaginer les futurs possibles de l’humanité ». Le premier long métrage de cinéma réalisé par Bernard Werber, Nos amis les Terriens, est sorti en avril 2007. Produit par Claude Lelouch, sa bande-annonce fut projetée en avant-première lors de sa conférence à Mensa.

Bernard Werber est membre du collectif d’artistes La Ligue de l’Imaginaire.

Source Wikipédia

Mon avis

Et ceux des autres : Onirik et Carpe Diem

Haaa comme je l’attendais ce dernier Werber ! Deux ans que j’espérais sa dernière oeuvre comme une prépubère son premier flirt ! Et le voilà achevé… Deux ans de patience et un week end en ermite pour me récompenser!

Troisième humanité, un nouveau délire onirique de mon cher Bernard. Où j’ai retrouvé avec joie la famille Wells qui naquit il y’a vingt ans pour  » Les fourmis », enfin leur descendants bien sûr. Voilà donc un retour aux sources pour les fans dont je fais partie.

Cette famille de précurseurs et de découvreurs en tout genre nous fait réléchir, dans ce roman, au devenir de l’humanité. Surconsommation, nucléaire, intégrisme, surpopulation, en passant par les catastrophes de Fukushima et du 11 septembre et tout ça à travers le regard et la pensée de….notre propre planète. Car, à travers l’imagination débordante de Bernard Werber, la Terre est vivante, elle a une conscience, c’est elle qui a crée les humains et elle souffre de les voir la détruire. Perforation à coup de bombes nucléaires, vol de son « sang noir », engrais, pesticides, pollution qui détruit sa protection, la Terre en a assez de ces mammifères qui se reproduisent à vitesse exponentielle sans se soucier de l’avenir de l’humanité!

Le grand challenge de quelques unes de ses créatures sera de sauver leur planète en créant une race de « mini humains » résistants aux radiations, capables de se faufiler n’importe où pour des missions secrètes. Une race féminine et ovipare! La femme n’est-elle pas l’avenir de l’homme ?

Je vais tenter de ne pas trop m’emballer au risque de spoiler à tort et à travers mais cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon Werber, un début de trilogie comme il se doit, avec des parenthèses de l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, comme dans tous ses romans, qui nous laisse plus intelligent qu’avant.

Une nouvelle réflexion sur notre avenir, sur notre comportement, un cri d’alerte qui se dévore en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Fidèle à lui même, Bernard Werber nous jette des mots et des phrases sans fioritures, qui vont droit au but. PAN! Prends ça dans la tête et maintenant réfléchis. Réfléchis bien….

Ma note : 10/10

Lien vers le site officiel de Bernard Werber

Lien vers le blog de Bernard Werber

Publicités

10 réponses »

  1. Ah cet auteur me tente depuis longtemps. Tout le monde me parle des fourmis ^^ ma belle-soeur est fan de ce romancier. Et pourtant je n’ai jamais franchi le pas. Mais celui-ci m’a de suite attiré par sa couverture et sa quatrième alléchante. Un jour je me laisserai tenter 🙂

  2. Je vais peut être quand même l’essayer celui-là. J’adorais le Werber des débuts, mais j’ai tellement détesté le miroir de Cassandre que j’ai été sérieusement refroidi.

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s