Tallent Gabriel

Gabriel Tallent, My absolute darling

« My absolute darling »…, roman noir sur l’amour absolu, sur l’envie de transmettre à l’autre la douleur d’aimer. Roman sur la possession de l’âme, des pensées, du moindre geste . Roman d’une et d’un possédé, l’un persuadé de l’appartenance de l’autre et l’autre…ne sachant plus si appartenir est devoir ou interdit.

Roman sur le mauvais amour mais sur le beau aussi. Un peu. Parfois.

Roman sur la perte totale de l’innocence, sur une enfant dépossédée de ce qui fait d’elle un être à part entière, jusqu’à son prénom qui n’en est pas un, jusqu’à son corps qui ne lui appartient plus, jusqu’à sa condition de presque femme qu’elle hait du plus profond de son âme. Pour ce qu’elle représente et pour ce qu’on lui prend.

« My absolute darling »…roman rempli de haine. De celle qui prend toute la place et qui dévore parce qu’on a trop aimé, de celle qui brûle parce que haïr est presque mieux.

Roman sur la passion du bourreau, sur la fièvre et le tourment d’un être unique et sur le besoin qu’il fasse mal. Pour punir ou pour absoudre.

Roman sur l’abandon. Celui du père et celui de soi.

« My absolute darling »…Roman obsession, luttant contre le conventionnel. Roman sur le paradoxe et le paroxysme.

Des mots. Magnifiques mais qui bouleversent. Des phrases. Sublimes mais qui blessent. Des détails à outrance et des descriptions à pleuvoir qui perturbent un peu, qui lasseraient presque sans cette plume exceptionnelle. Des émotions froides, détachées des corps et qu’on croirait ennemies de l’empathie nécessaire mais qui ne sont en réalité que le reflet de la force d’âme dont une enfant à besoin pour ne pas sombrer. Comme un regard extérieur forcé par elle. Comme une carapace que le lecteur se doit de construire en même temps que le personnage.

Au final, la presque froideur d’une partie du roman force l’empathie absolue. Du grand art.

« My absolute darling »…. Roman dérangeant dont je ne sais si je dois l’aimer ou le détester mais roman parfaitement abouti qui doit être lu. Absolument.

 

 4ème de couv’

 

A quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

Le terme de « chef-d’œuvre » est bien trop galvaudé, mais il ne fait aucun doute que My Absolute Darling en est un.
STEPHEN KING

15 réponses »

  1. Tu sors l’artillerie lourde pour ton grand retour ! Je l’ai zappé en 2018, je compte bien corriger le tir en ce début d’année.
    Ca fait plaisir de te lire à nouveau.

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s