King Stephen

Stephen King, Fin de ronde

En préambule, je me dois de dire à ceux qui n’ont jamais ne serait-ce qu’ouvert un roman de Stephen King, que cet homme a écrit plus de 50 romans et une multitude de nouvelles en l’espace de quelques décennies. Qu’on aime ou qu’on aime pas les romans fantastiques, King restera pour sa génération, le maître incontesté du genre.

Ceci étant dit, nul n’est besoin de rappeler aux aficionados du grand King le talent de ce dernier pour forger des histoires sorties de ses pires cauchemars. King aura tout essayé, tout tenté en matière d’histoires horrifiques. Pas une seule de nos frayeurs nocturnes ou de nos phobies les plus répugnantes n’auront échappées à sa plume prolixe. Preuve en est ce dernier roman utilisant les réseaux sociaux et leurs dérives ainsi que l’addiction aux jeux électroniques. Fin d’une trilogie toute en variation mais où l’on retrouve la plume surnaturelle de l’auteur.

« Fin de ronde » termine un cycle peu courant chez Stephen King. Après deux premiers tomes sans une once de fantastique, l’auteur renoue avec son genre de prédilection et offre une conclusion dans le plus pur style « kinguien », ce qui ravira les puristes, sans pour autant qu’il y ait une quelconque dissonance dans la progression de l’histoire.

Stephen King s’est donc essayé au roman noir avec la trilogie « Mr Mercedes » et l’intelligence de sa plume donne, une fois encore, corps à des personnages entiers et attachants. Car un roman de King ne se limite jamais à un banal récit angoissant. Derrière la vitrine, se cache toujours quelques pièces dont on ne soupçonne pas l’existence si l’on ne franchit pas la porte.

Fin de ronde… un titre à multiples facettes que le lecteur devinera au fur et à mesure des pages. Retraite, fin de l’histoire, fin de vie…Le titre rebondit sur les pages comme une balle contre un mur, laissant sa marque à chaque nouvel envoi. L’obsession de King : la mort, est prégnante dans le roman mais au final, c’est l’apologie de la vie que l’auteur a écrit. Une sorte de petit traité contre l’envie de lâcher prise face aux peines de l’existence. Comme une mise en garde de ce que le désespoir ou la solitude peuvent apporter à certains.

Esprit torturé par excellence, Stephen King a beau avoir eu des périodes que certains jugeront moins inspirées, la maturité transpire de son écriture alors qu’il reste fidèle à ce pour quoi il écrit depuis quarante ans et ce qui inspire d’ailleurs, à mon sens, la majorité des écrivains : la vie et la mort. La seconde l’emportant toujours, ce qui fait la beauté de la première.

 

4ème de couv’

 

 

Dans la chambre 217 du Service des Traumatismes Crâniens de la région des Grands Lacs, quelque chose vient de se réveiller. Quelque chose de Maléfique.

Brady Hartsfield, auteur du massacre à la Mercedes où huit personnes ont été tuées et bien plus gravement blessées, a passé cinq années dans un état végétatif à la Clinique des Lésions Cérébrales Traumatiques. Selon ses docteurs, il est très peu probable qu’il récupère complètement. Mais, derrière la bave et le regard vide, Brady est réveillé, et en possession de nouveaux pouvoirs mortels lui permettant de faire d’immenses dégâts sans avoir à quitter sa chambre.
Policier à la retraite, le détective Bill Hodges, héros improbable de Mr. Mercedes et Finders Keepers, gère maintenant une agence de détective privé avec sa partenaire Holly Gibney, auteure du coup à la tête d’Hartsfield qui le mena directement au quartier des lésions cérébrales. Brady s’en souvient également. Quand Bill et Holly sont appelés pour enquêter sur un meurtre-suicide lié au « Massacre à la Mercedes », ils se retrouvent plongés dans leur enquête la plus dangereuse. Une qui ne mettra pas seulement leurs vies en danger, mais aussi celles des amis de Hodges: Jerome Robinson et sa sœur adolescente, Barbara. Parce que Brady Hartsfield est de retour. Et il ne prépare pas de se venger uniquement de Bill Hodges et ses amis, mais aussi de la ville entière.

Publicités

15 réponses »

  1. A chaque fois, je me dis que je dois me plonger à nouveau dans les romans de King et puis j’oublie. Et voilà que tu titilles à nouveau mon envie. Il faut dire que « ma » libraire ne vend pas King, il doit n’y avoir qu’un volume ou deux dans ses rayonnages, alors je ne suis pas aidée !

  2. J’ai adoré retrouvé le King avec cette trilogie, même si la fin est un peu triste mais cohérente avec le récit .. et une façon de dire qu’il ne fera plus de policier.

  3. Trop bien!!!!! Que dire de plus?! A part que j’ai hâte de découvrir cet opus, je reste totalement scotchée par le talent de cet écrivain….Je le préfère quand il tourne en fantastique, donc d’autant plus curieuse de cloturer cette trilogie…;)

  4. Fort heureusement, le préambule ne m’est plus réservé 😉 dorénavant.
    Visiblement, ce troisieme tome à l’air tout aussi intéressant.
    Saludos

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s