Lebel Nicolas

Nicolas Lebel, De cauchemar et de feu

Chez vous, un indice…

Je suis…je suis un auteur de roman policier français qui vient de publier son quatrième roman aux éditions Marabout. Je suis linguiste et enseigne l’anglais à mes heures perdues. J’aime Victor Hugo, le métal, les alexandrins, la bonne chair et le bon vin. Je joue de la batterie, j’ai une chevelure rousse (naturelle, paraît-il) flamboyante ! Je suis? je suis ?

Yvette Horner ? C’est non !

Attention, top chrono !

J’ai crée un personnage atypique, décalé et acariâtre qui a une dent (jaune) contre Julien Lepers et qui rappelle étrangement un brassage entre Paul Preboist, Maigret et Audiard. Mon style est un mélange délectable d’argot, de gouaille parisienne et de poésie et je réussirais à faire aimer la littérature à une armée de candidats de télé-réalité ( chimérique, paraît-il). Je suis ? Je suis ?

Le Prince Harry ? C’est non !

Attention, il y a l’encyclopédie des roux célèbres à travers le monde et les âges à gagner, l’enjeu est important ! Top chrono !

Mon dernier roman voit son personnage principal évoluer à travers une enquête sur fond de guerre civile irlandaise. J’y parle de tolérance et d’acceptation de l’autre. Je parle des conflits que l’homme se crée depuis la nuit des temps sous couvert d’un dieu ou d’une interprétation différente d’une même croyance. Je suis profondément humaniste et engagé et mes textes respirent l’amour de l’autre sous ma causticité et mon humour ( irrésistible paraît-il). Je suis ? Je suis ?

Mylène Farmer ? Ha non !

Concentrez-vous voyons! Vous l’aviez?… Top chrono !

Je suis capable de faire passer du rire aux larmes. Mes romans ne sont jamais sanglants mais sont capables de faire frissonner car je sais manier la langue française et je suis un perfectionniste des mots. Les longues tirades de mon capitaine Mehrlicht font la lumière sur le côté sombre et torturé du personnage. Rien n’est léger dans mes romans mais je sais tout y dire avec délicatesse et intelligence ( exacerbée paraît-il). Je suis celui qu’on aimerait avoir comme meilleur ami. Je suis ? Je suis ?

Nicolas Lebel ! Ha oui oui oui oui ! C’est gagné !

Remerciements: Les éditions Marabout

Humeur musicale

Evidemment !

 

4ème de couv’

 

Paris, jeudi 24 mars 2016 : à quelques jours du dimanche de Pâques, le cadavre d’un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front.À l’autopsie, on découvre sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent ses épaules : IRA.Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste irlandais en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. D’autant que ce conflit irlandais remonte un peu.Dans ce quatrième opus, Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un un assassin pyromane, un monstre né dans les années 70 de la violence des affrontements en Irlande du Nord, qui sème incendie, chaos et mort dans son sillage, et revient aujourd’hui rallumer les feux de la discorde à travers la capitale

 

Publicités

48 réponses »

  1. Youpi !!!! Génial ! Je viens de lire la chronique de Vincent avant qu’il ne la publie. Je la trouve très bien et il a mon accord (hé oui, faut voir qui est la chef !!) pour la poster. Et bien tu me scies : tu es une magicienne de la chronique. Euh…….. avant de partir pourrais-tu rassembler mes 2 moitiés de corps ? bises

    • Hoooo comme tu es adorable! ça me fat plaisir de te voir passer par ici 🙂 je ne peux rien faire, je ne connais pas le truc de la femme coupée en deux 😉 😉

  2. J’avais deviné! Mais ce n’était pas dur, j’étais en plein dedans quand tu as écrit ta chronique, et j’ai attendu d’écrire la mienne pour venir découvrir ce petit bijou d’humour où tu fais la nique à M. Lebel. Compliments ma copine… Bises…

  3. Je suis PTDR en lisant ta chronique ! Originale, super, drôle, intrigante, bref, quand on te lit, on entend Julien Lepers dans sa tête ! 😆

    Je suppose que tu la connaissais, celle-là :

    JE SUIS… Top 30 secondes…

    – Une chose très utile qui mesure en général dans les quinze centimètres.
    – En temps normal, je suis là, inerte, attendant l’action.
    – On trouve à l’une de mes extrémités un buisson de poils que je porte avec arrogance.
    – Lorsqu’on m’utilise, c’est en m’introduisant promptement, et souvent vigoureusement. Mais il y a les adeptes d’une utilisation rapide, comme ceux d’une utilisation lente : tout dépend du tempérament et de la condition physique.
    – Cependant la méthode d’emploi est toujours la même : des va-et-vient répétés dans une cavité chaude et humide et qui créent une très forte excitation de la zone concernée.
    – Lorsque j’ai finalement terminé mon office, je laisse dans la cavité humide une substance blanche, moussante, collante et un peu sucrée. On retrouvera également cette sécrétion sur moi-même et dans mes poils.
    – Il faudra me nettoyer pour que je sois à nouveau propre en attendant mon prochain emploi.
    – Une fois de retour à l’état de repos, j’attends sagement ma prochaine utilisation.
    – On pourrait m’utiliser deux à trois fois par jour, mais c’est un rythme d’utilisation que peu de personnes sont capables de soutenir.
    JE SUIS…

  4. Aller, un peu d’originalité. Ta chronique est magnifique et je suis entièrement d’accord avec toi pour ce qui concerne Nicolas, ses talent, style, humour etc….

  5. Je n’ai pas pu résister longtemps et pourtant je ne veux jamais lire une chronique avant de lire le livre (que j’ai depuis Fargues bien sur) mais là à lire tout ce que je vois défiler
    Comment résister ? Et comme j’ai bien fait
    Poilant
    T’es trop toi

  6. Ah trop bien!!!!!!!T’es trop forte!!!!
    Je suis , je suis impressionnée et d’autant pus impatiente de lire ce nouveau Lebel. 😉
    Bisous ma douce….<3

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s