Ohlsson Kristina

Kristina Ohlsson, Les enfants de cendres

4ème de couv’

 

Les%20enfants%20des%20cendresAu milieu d’un train bondé, une petite fille disparaît. En dépit d’une centaine de témoins potentiels, personne n’a remarqué quoi que ce soit. Sa mère était descendue sur le quai pour passer un coup defil, et n’a pu regagner le train à temps. Affolée, elle a alerté les contrôleurs qui ont gardé un oeil protecteur sur l’enfant endormie. Pourtant, à l’arrivée en gare de Stockholm, la fillette s’est volatilisée. On ne retrouve que ses chaussures sous la banquette… Une équipe de police, assistée par l’enquêtrice Fredrika Bergman, est chargée de l’affaire. Mais quand l’enfant est découverte dans le nord de la Suède, morte, les mots « non désirée » inscrits sur le front, le dossier se transforme en cauchemar : un tueur impitoyable est dans la nature, et la petite Liliane n’est que la première d’une longue liste…

 

L’auteur

Kristina-Ohlsson_Foto-Thron-Ullberg_litensv

Kristina Ohlsson a été analyste pour la police nationale suédoise. Elle se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture. Après le best-seller international Les Enfants de candies, La Fille au tatouage est le deuxième volet des enquêtes de Fredrika Bergman.

Mon avis

2 ETOILES

imagesCA4U3FD0Comment parler d’un roman sans passion ?

Comment exprimer l’absence d’émotions et le manque d’empathie envers ses personnages ?

Comment écrire une chronique sur un livre qui sera très vite rangé dans la case des oubliés, sans pour autant qu’il soit médiocre ?

Un constat clinique, voilà la réponse.

Kristina Ohlsson a choisi un thème, ignoble en soi, utilisé à maintes et maintes reprises avec plus ou moins de talent : la pédophilie et les meurtres d’enfants. Sans originalité aucune, presque froidement, l’auteure livre une histoire comme une commande à un éditeur en manque de sensations fortes.

Globalement bien écrit, voilà paradoxalement, un thriller « de gare » sans ambition autre que celle d’occuper quelques heures dans un wagon bondé sans craindre de rater sa station à cause (ou grâce) de son absence quasi totale de suspense, amenant une fin bâclée, comme écrite sur un coin de table à la va-vite.

Avec pourtant un travail assez soigné sur la vie de ses personnages, il manque ce petit supplément d’âme qui transforme une banale histoire en un bon roman.

Kristina Ohlsson, dont c’est le premier roman, ne rejoindra pas, hélas, les auteurs suédois dans ma bibliothèque, quand bien même « Les enfants de cendres » s’est vu décerner le prix du meilleur thriller 2010 par les libraires suédois. Dommage…

Humeur musicale

Du bon vieux métal suédois

 

 

 

Publicités

8 réponses »

  1. Eh oui, il y a comme ça des romans qui au lieu de nous délivrer du bonheur à les lire, nous déçoivent, nous mettent parfois même en colère et dont on regrette d’avoir croisé la route. Tu m’évites en tout cas, g^race à ta chronique, de croiser celle de celui ci ! AMitiés

  2. Voilà ce roman descendu en flamme (ouaf la blague, rapport à la musique d’accompagnement).
    En tout cas, ton avis est clair et argumenté, merci pour ça (et un livre en moins à rajouter à ma liste qui déborde)

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s