Prescott Michael

Michael Prescott, L’arracheur de visages

Résumé

Qu’arrive-t-il d’innommable aux femmes qui disparaissent la nuit dans un désert de l’Arizona ? Quel est le bourreau, sanguinaire et sadique, qui se livre sur elles à un rite monstrueux. Kaylie McMillan, nouvelle victime désignée, va-t-elle échapper à ses griffes ou subir le sort atroce de celles qu’il a tuées ? Une implacable traque commence…

L’auteur

Michael Prescott partage sa vie entre le désert de l’Arizona et New York. Il a publié chez Pygmalion: L’arracheur de visages, Le tueur des bois, L’étrangleur masqué, La prochaine victime, Les Ténèbres du crime et Le goût mortel de la pluie.

 

Mon avis

Depuis plusieurs années, John Cray a chassé et tué plusieurs jeunes femmes sans qu’une seule fois il soit inquiété par la police. Prenant un plaisir pervers a les poursuivre dans le désert, comme un chasseur traque un animal, il leur arrache le visage avant de les achever.

Malgré tout, une personne le soupçonne depuis longtemps. Elisabeth Palmer, jeune femme paumée, le suit depuis des semaines. On ignore qui est Elisabeth. Elle n’a pas un sou, pas de famille, dort dans des motels sordides ou dans sa voiture. Elle a peur de Cray, est persuadée qu’il est coupable de ces meurtres mais cherche une preuve, désespérément.

Cray remarque qu’il est suivi par Elisabeth et décide qu’elle sera sa prochaine victime.

Avant de commencer cette lecture, je m’étais préparée à un thriller gore et à une collection de meurtres sanglants. Le titre et le quatrième le laissait présager en tout cas. Mettant à bas mes idées reçues, il y’a très peu de passages « boucherie » dans ce roman. Bien sûr, les premières pages relatent le dernier meurtre mais nous avons ensuite affaire à une course-poursuite entre les deux protagonistes.

Elisabeth est une énigme. Tout ce qu’on sait, c’est qu’elle est en cavale, qu’elle change d’identité régulièrement, et qu’elle connait Cray… On ne découvre qui elle est et ce qui la lie au tueur qu’à la moitié de l’histoire.

De John, on ne sait pas grand chose non plus à part qu’il a de l’argent et qu’il est obsédé par l’image du « moi », par l’apparence trompeuse des visages. Sûr de lui et arrogant, froid et calculateur, c’est un psyhopate très dangereux que nous a crée Michael Prescott .

Au final, voilà un thriller très bien construit, bien écrit, un suspens efficace qui donne envie de tourner les pages pour savoir le pourquoi. Michael Prescott, un auteur à suivre!

Ma note : 8/10

Lien vers le site officiel de Michael Prescott (en anglais)

Publicités

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s