Commère Hervé

Hervé Commère, J’attraperai ta mort

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4ème de couv’

commerethVous y croyez vraiment, aux histoires de truand distingué? C’est une jolie maison en pierres, au bout d’un chemin, à Etretat. A l’époque, juste après sa plus belle prise, Paul Serinen y avait rangé son revolver et fait construire une véranda. Là-haut, par une petite fenêtre ronde, on distingue même un bout de la mer. Les propriétaires qui l’ont suivi, Alice et Matthieu, étaient eux aussi tombés sous le charme, c’était devenu leur nid d’amour. Mais on n’habite pas l’ancienne tanière d’un gangster sans « attraper » ses malheurs. Et être bientôt rattrapé par son passé. Quand ce passé est meublé de chevaux de course, d’une urne funéraire, de pierres précieuses et d’humiliation, vaut mieux ignorer ce qui s’est déroulé autrefois sous ce toit. C’était il y a presque dix ans, tout ça, et depuis peu, La Sauvagère m’appartient. Désormais, le dernier à en connaître toute l’histoire, c’est moi.

Humeur musicale

(A écouter pendant la lecture de cet article)

A cause du titre:  » Mettez moi en marche », ce qu’Hervé Commère a fait avec ce premier roman

Mon avis

4 ETOILES

La mort est-elle contagieuse ?thCAHN93B4

Non, ce n’est pas un sujet de philo mais la question qu’Hervé Commère  pose à travers son roman d’à peine 150 pages. C’est peu, c’est court mais l’auteur a un tel talent qu’il réussit à imposer son style et son histoire en si peu de mots et, gageure supplémentaire, à construire son récit en deux parties bien distinctes.

L’avantage d’un roman aussi court, c’est qu’on va à l’essentiel. Les mots sont triés sur le volet, les phrases sont courtes et vont droit au but, l’intrigue n’a pas le temps de s’essouffler et pourtant le suspense est là, bien présent, car d’un démarrage presque banal sur la vie d’un truand, Hervé Commère réussit à surprendre par le chemin qu’il décide de prendre.

Une maison a-t-elle une âme ?

Non, ce n’est pas un sujet de conférence sur le surnaturel mais l’axe du récit, le cœur de cette histoire. Une simple et jolie petite maison normande qui va sceller le destin de ses propriétaires.

« J’attraperai ta mort » est le premier roman publié d’Hervé Commère et prouve encore une fois, si besoin en est, qu’il n’est nul besoin d’aller loin pour avoir d’excellents auteurs. Sa plume est décidée, précise, prometteuse  et le chemin qu’il a emprunté depuis Etretat l’a mené jusqu’à son fabuleux « Imagine le reste »

A suivre. Absolument.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

12 réponses »

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s