Mention Michael

Michael Mention, Adieu demain

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4ème de couv’

mentionindexVingt ans se sont écoulés depuis l’arrestation de l’Eventreur du Yorkshire. Un nouveau tueur sévit dans le Nord de l’Angleterre.
Les victimes sont des femmes transpercées par des carreaux d’arbalète.Pour Mark Burstyn, promu au grade de super-intendant, le cauchemar recommence. Il a cependant un atout : l’inspecteur Clarence Cooper, un jeune flic aussi obsessionnel que lui. La police n’a pas droit à l’erreur et, pour stopper le meurtrier, Cooper est prêt à tout. Même à devenir quelqu’un d’autre.

Enquête criminelle dans l’ombre de l’Eventreur du Yorkshire, suite de « Sale temps pour le pays » (Grand Prix du Roman Noir au Festival international de Beaune en 2013), « Adieu demain » explore, en même temps qu’une Angleterre en déréliction, les fantasmes de la terreur phobique.

Humeur musicale

Le choix était compliqué tant la musique est présente dans ce roman. Voilà un choix nostalgique:

 

Mon avis

3 ETOILES

Qu’est ce que la peur ? Un sentiment d’angoisse augmentant les pulsations cardiaques, une émotion rendant notre pilosité érectile, un atavisme déclenchant un instinct de survie et de défense.livreimages

Les serpents, le vide, la foule, les araignées, la mort enfin…La peur est personnelle et intime et oublie toute éducation, toute logique. Elle fait de nous des animaux, des êtres dénués de tout sens commun. Une régression violente.

Cette peur est la base du roman de Michael mention. Un fil conducteur intelligent que l’auteur déroule de 1969 aux années 2000. Une pelote emmêlée où les nœuds sont autant de scènes de notre quotidien, d’évolution musicale et scientifique qui placent la lecture et qui permettent d’être en immersion totale durant ces trente années que couvrent le récit.

Cette construction déroutante et séduisante, faisant appel à l’intime, est pour moi la plus grande qualité de ce roman. A cela s’ajoute un style scénaristique talentueux et l’art du fondu enchaîné ( art souvent utilisé mais rarement autant maîtrisé ). Aucune cassure, juste une suite logique d’événements reliés les uns aux autres, se chevauchant presque.

Pour autant, la séduction n’a pas été totale. La faute à ce je ne sais quoi qui m’empêcha de plonger à corps perdu dans une histoire où les hommes et femmes n’ont pas su stimuler mon amygdale. Une sorte de distance trop grande, un manque d’empathie qui n’a pas même réveillé mon arachnophobie.

Malgré tout, cela n’enlève en rien les qualités certaines d’ « Adieu demain » et le talent affirmé de Michael mention et ne me freinera nullement pour la découverte de cet auteur dont le talent d’écriture est si particulier et unique qu’il aura titillé ma curiosité et mon admiration à défaut d’avoir réveillé mes peurs.

 

 

 

 

Publicités

17 réponses »

  1. Pareil que toi ma Chouette mais en pire!!! hihihi Je n’ai pas accroché du tout…pas su plonger dedans ni me laisser immerger mais j’ai bien envie de lire un autre livre de lui!

  2. je vois que notre Yvan est en grande forme ! 😉 bon ben moi je n’ai toujours rien lu de cet auteur, pourtant j’avais fait la promesse à sa maman de le découvrir!! sisi je blague pas en plus ! 🙂 Peu de chance que je le lise avant la fin de l’été ( je vais bientôt entamer le David Peace qui sort bientôt !! mon auteur préféré !!!) mais je vais essayer avant la fin de l’année. Histoire de voir si mon avis est plus proche du temps ou celui d’ Yvan ! 🙂

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s