Adler-Olsen Jussi

Jussi Adler-Olsen, Miséricorde

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

4ème de couv’

thv

Pourquoi Merete Lyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ?
Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encres. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire.
Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne.
Pour eux, pas de cold case … 

 

 

 

Mon avis

4 ETOILES

thCAHN93B4Cela fait quelques années déjà que les écrivains nordiques ont franchi la frontière française et le défilé des Mankell, Indridason et autres Larsson a amené un vrai coup de fraîcheur, au sens propre comme au figuré, dans le paysage littéraire du thriller. Le Danemark, la Suède, la Norvège…des pays détestés par les fabricants de Lexomil et de Prozac car classés tout en haut de l’échelle des pays où l’on vit le plus heureux !

Jussi Adler-Olsen rentre par la grande porte dans ce petit monde de privilégiés avec ses anti-héros Carl Morck et Assad, qui, sans tambour ni trompette, à pas feutré, viennent s’inscrire au panthéon des personnages atypiques et attachants.

Version danoise de « Cold case », ce premier opus du « Département V » est étonnamment haletant et surprenant malgré un thème déjà utilisé à outrance. Adler-Olsen réussit à insuffler de l’humour et de l’amitié à des personnages bourrus mais attendrissants, ce qui contrebalance l’horreur de l’intrigue et la torture horrifique (et originale) imaginée par l’auteur.

Un thriller plein de paradoxes, à la fois tragique, drôle, cruel ou léger, où chacun pourra y trouver son compte à condition de ne pas rêver de grandes courses poursuites, le rythme étant soutenu plutôt qu’effréné. Le final, quant à lui, est sans grande surprise mais ne gâche en rien la qualité de l’histoire.

Une vraie découverte, un très bon moment de lecture et une envie urgente de découvrir la suite et de retrouver les traits d’humour des ces deux improbables acolytes.

 

Récompenses:

2012 : Grand prix des lectrices de Elle, catégorie Policier

2012 : Prix du Livre Robinsonnais, catégorie Policiers

2013 : Prix des lecteurs du Livre de poche

2013 : Prix Plume d’or du thriller international

Humeur musicale

Pour rester au Danemark, un groupe de métalleux vikings:

 

 

Publicités

5 réponses »

  1. Ah, enfin, tu l’as découvert ! Là, j’étais en avance sur toi ! 😉 J’ai adoré cet auteur, ses personnages et toussa toussa, bref, je poursuis ma route avec lui !

  2. eh ben c’est pas trop tôt hein, Nath ! 😉
    Je suis super content de savoir qu’enfin tu te plonges dans l’univers d’Adler Olsen, et oui je ne peux qu’insister sur le fait qu’il faut continuer.
    Le premier roman était effectivement déjà brillant, mais que dire alors des deux derniers ?!. Ce mec progresse à chaque fois et ses personnages prennent une épaisseur incroyable.
    Ta chronique rend, quant à elle, parfaitement l’ambiance du roman (mais bon t’es douée, je l’ai déjà dit mille fois)

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s