Caillot Gilles

Gilles Caillot, Bas-fonds

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4ème de couv’

thUne porte… Un tour de clé… La nuit qui s’abat sur moi. Les catacombes! Monde presque vierge. Un endroit parfait pour y faire son trou. cela fait maintenant quelques jours que tout est terminé, mais visiblement certains événements ne sont pas faits pour rester secrets. Je vais devoir intervenir une fois encore. »

Pour Vincent Demars, capitaine au SRPJ de Lyon, les années se succèdent avec la même précision morbide. Un mystérieux tueur, violent et particulièrement sanguinaire, reproduit les mêmes crimes depuis plus de trente ans à quelques jours de Noël. Les victimes: le père, la mère, la fille. Systématiquement.

Cette régularité d’horloger va être mise à mal. alors qu’il est sur le point d’aboutir à la résolution d’une nouvelle affaire de crimes en série, Vickers, le tueur suspecté, va le propulser dans l’horreur. L’homme a enlevé son fils et lui propose un échange: la chair de sa chair contre sa participation active dans le jeu qu’il a mis en place.

Bas-fonds est une expérience incroyable digne d’une véritable descente en enfer!
Au cours de cette exploration, le lecteur pénètrera au plus profond des pensées abjectes d’un des pires monstres lyonnais: celui des catacombes.

« L’enfer existe! je l’ai vu. Même si je ne l’avais pas imaginé comme çà, j’étais persuadé que quelque chose de sombre, d’horrible, de corrompu rampait dans l’ombre. Je l’avais projeté sur un plan parallèle, loin de nos villes, loin des enfants. Mais ce n’est pas le cas. L’enfer est proche de nous. Si proche… Je l’ai découvert au hasard de mes explorations, à quelques mètres seulement de la surface agitée de la cité. »

Mon avis

1 ETOILE

thCAOLOBY6Parfois, c’est compliqué d’écrire une chronique et c’est encore plus compliqué quand on a pas aimé le livre en question. L’exercice devient carrément difficile quand l’auteur est très sympathique et proche de ses lecteurs comme c’est le cas de Gilles Caillot.

La réédition de Bas-Fonds m’avait tentée et je me suis laissée prendre au jeu, d’autant plus que l’auteur, très actif sur les réseaux sociaux et tout à fait charmant avait fini de me convaincre. Arrivé dans ma boite aux lettres avec une dédicace très sympa, je n’ai pas tardé à me plonger en plein « Caillotage » comme disent ses fans.

Malheureusement, quelques pages ont suffit pour me faire très rapidement dégringoler de mon petit nuage. Une histoire décousue et bourrée de clichés. Des flash-back perturbants qui m’ont complètement désorientée. Et malgré la construction du récit en alternance avec un tueur qui parle à la première personne, des personnages peu crédibles et sans profondeur auxquels on ne s’attache pas. Et du gore ! Trop de gore ! Des pages entières de gore ! Sans doute un genre littéraire qui ne me convient pas, ce qui explique l’inefficacité de ce roman sur ma petite personne.

J’avais pourtant apprécié « L’apparence de la chair » que j’avais trouvé plutôt bien construit, avec une intrigue qui tenait la route. Ce qui prouve que d’un roman à l’autre, un auteur peut sembler moins inspiré ou moins investi. En tout cas à mon sens.

J’ai de graves problèmes de conscience lorsque je ne finis pas un roman et je me suis fait un point d’honneur à terminer celui ci malgré ma déconvenue. J’ai beaucoup hésité à le chroniquer mais j’estime que mon « job » de blogueuse consiste aussi à parler des livres que je n’ai pas aimé. Peut-être, me direz-vous, que je manque un tantinet d’objectivité, le style thriller-gore ne me convenant pas et je vois d’ici les fans de Gilles m’attacher à un poteau, me lapider à coup de livres, me soumettre au supplice de la roue, que sais-je encore ! Pitié ! Je parlerai sous la torture : j’arrête ce genre littéraire à l’instant et je signe avec mon sang !

Humeur musicale

Quoi de mieux, avec du gore, qu’un bon vieux métal indus, bien lourd, d’un groupe controversé tel que Ramstein?

Publicités

14 réponses »

  1. c’est ce qu’on appelle de l’honnêteté intellectuelle ! et dieu sait que pour certains accepter la critique c’est quelque chose de difficile ! Primo tu expliques fort bien ton point de vue et deuzio je pense que Gilles Caillo est suffisamment ouvert pour l’apprécier à sa juste valeur. je n’en ai que plus de plaisir à venir te visiter.

  2. Gilles Caillot a un univers bien à lui. Il manie le gore comme d’autre la poésie. J’avoue ne pas avoir lu celui-ci. Mais des j’avoue que je le préfère quand l’intrigue se fait plus psychologique. ses premiers écrits sont pour moi trop trash, et du coup souvent trop décousus.
    « L’apparence de la chair » est sans doute plus dans nos cordes chère Nath.
    Et je trouve que tu te sort très bien de cet exercice périlleux. Très belle chronique et surtout très sincère. C’est chouette.

    • Merci pour ce message m’dame!
      Certains auteurs sont inégaux dans leurs oeuvres. Par exemple je n’ai pas aimé du tout les thrillers de Legardinier alors qu’il excelle dans la comédie. Comme quoi…

  3. Tu as effectivement réalisé un exercice difficile ma chère Nath … Mais tu l’as fait avec brio ! Bravo pour ta sincérité … Tu n’aimes pas le gore et alors ?! Tu as vu ça rime … ^_^ Bon trêve de plaisanterie je n’ai pas encore lu les premiers livres de Gilles … Ses deux derniers ont eu ma totale adhésion … Celui-là je ne sais pas encore … alors nous en reparlerons ! 😉 Amitiés …

  4. moi aussi je suis très respectueux des gens qui donnent leur avis (même négatif) de manière respectueuse ;-). C’est ce que tu as fais.
    Clairement, il me semble normal que les livres de Gilles caillot ne conviennent pas à tout le monde, autant concernant la violence que le type de narration. Ça prouve au moins qu’il a son univers bien à lui

  5. Excellente chronique! Tu as raison, ce n’est pas aisé de chroniquer dans de telles conditions et tu y es superbement bien arrivée! Lignes de sang ne m’avait pas convaincue du tout et j’ai l’Apparence de la chair dans ma PAL! On verra bien… Et puis pas de lapidation entre gens intelligents, on partage la passion livresque, mais pas tous les genres! 😉

  6. Hello^^ en effet, pas évident de dire qu’on n’a pas aimé un livre alors qu’on discute avec l’auteur sur les réseaux sociaux et qu’on se paye des tranches de rire avec lui 😦

    Je n’ai jamais lu ce roman, mais j’en ai un autre de lui qui m’attend. Si jamais je trouve celui-là, je le prendrai tout de même pour me faire mon propre avis 😉

    Courageux de ta part… je ne te jetterai pas au bûcher, mes chaînes m’en empêchent… 😆 Non, je suis respectueuse des gens qui osent dire qu’ils n’ont pas aimé et qui précisent pourquoi 😉

    • He oui, c’est un homme absolument charmant et j’ai vraiment hésité! Mais bon, j’ai chroniqué l’apparence de la chair et j’ai été positive , ça équilibre 🙂

      • Oui, on peut tomber sur des romans d’un auteur qui nous plait moins sans que cela ne nous empêche pas d’aimer cet auteur 😉

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s