Commère Hervé

Hervé Commère, Sauf

Lire un Commère, c’est se plonger dans les méandres de l’imagination féconde d’un auteur de grand talent, sauf si l’on ne sait être sensible aux histoires tortueuses qui réclament un effort de concentration relativement important.

Lire un Commère, c’est accepter que les mots soient simples et les phrases courtes, que l’auteur aille droit au but qu’il veut atteindre en utilisant des ficelles subtiles et solides sauf si l’on aime les longs discours ou les romans plus denses.

Le dernier roman de l’auteur est à l’image de ses précédents récits : Il commence par une histoire ordinaire de personnages ordinaires et, très vite, bascule dans l’extraordinaire, sans préparer son lecteur, lui réservant la surprise de la découverte rapide et le laissant pantois et estomaqué devant une intrigue menée avec brio. Sauf si l’on a l’habitude du style Commère, l’impact est violent et fait oublier la brève et volontaire banalité de l’introduction.

Il y’a de l’amour et de l’amitié dans les romans d’Hervé Commère. Les sentiments sont simples et entiers, comme ses personnages. On croit discerner la personnalité de l’auteur à travers ces pages,et j’aime à croire que l’homme transparaît dans les émotions et les sentiments qu’il exprime. Hervé Commère provoque une envie d’amitié, de verres partagés en terrasse à la faveur d’un soir d’été, de confidences et d’anecdotes drôles.

Lire un Commère c’est comme retrouver un vieil ami qui sait écouter et parler. On sait qu’il est là quand on a besoin de lui et qu’il parlera s’il a des choses à dire, sauf si l’on refuse de l’écouter. Il joue avec les mots, il en manipule le sens comme il manipule ses personnages mais il atteint toujours son but : faire en sorte de distraire l’esprit de ses lecteurs, leur faire oublier tout ce qui n’est pas son roman l’espace d’une lecture en jalonnant son histoire de surprises et de rebondissements à chaque chapitre.

C’est dur de condenser une bonne intrigue en moins de 300 pages, sauf si l’on sait manier la plume comme on pilote une voiture de course. Hervé Commère est de ces auteurs qui font du drift dans les virages. Les pneus crissent sur sa route, il joue du frein à main et de l’embrayage. Il décélère un peu pour faire reprendre son souffle et appuie à fond sur l’accélérateur, envoyant quelques « g » aux passagers. Le mur se rapproche trop vite, les glissières de sécurité disparaissent sur le parcours. On ne voit plus le paysage, on ne voit que le choc imminent de la collision.

Sur la ligne d’arrivée, les pneus fument et les freins hurlent mais tout le monde est sauf, ou presque…

 

Remerciements: Fleuve Noir

 4ème de couv’

 

L’année de ses six ans, à l’été 1976, Mat a perdu ses parents dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Rien n’a survécu aux flammes, pas le moindre objet.

Mat est aujourd’hui propriétaire d’un dépôt-vente. Comme à chaque retour de congés, il passe en revue les dernières acquisitions. La veille, ses employés ont récupéré un album photos à couverture de velours. Sur chaque page de cet album, des photos de lui enfant. Sauf que cet album ne devrait plus exister. Il ne peut pas exister. Et pourtant…

Mat a toujours aimé se raconter des histoires, mais à quarante ans passés, il semblerait que la sienne lui ait échappé. De Montreuil à la pointe du Finistère, cherchant à comprendre quel message la vie veut lui adresser, il traquera les vérités, ses vérités, celles que recèle un album de famille resurgi brutalement des décombres.

Publicités

16 réponses »

  1. Aaaaah, elle est de retour !!! ♫ Nathalie est revenue ♪ J’espère que tu vas bien et que c’est un retour définitif 😉

    Ta chronique résume bien tout le bien que j’ai pensé de son dernier roman.

      • Moi non plus parce qu’un jour j’irai engraisser les vers et autres asticots, mais en attendant, je fais chier mon monde en blogant ! 😆

        J’espère que tu m’emmerderas aussi pendant très longtemps ! 🙂

  2. Eh bien, ma chère amie… Te revoilà sur la toile!!! Je me faisais la réflexion il y a quelques jours que ça faisait un bout de temps que nous ne t’avions vue.
    Content de retrouver ta plume aussi juste et sensible. Ce dernier roman de Commère semble un très bon cru, si j’en crois les bruissements qui animent la blogosphère.
    La bise, copine…

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s