Audic Morgan

Morgan Audic, De bonnes raisons de mourir

La page blanche.

Seule face à elle. Que lui dire ? Comment lui donner un sens, une existence ?

Aucun enjeu, aucune obligation. Juste cette envie de faire couler les mots pour partager le plaisir intime et solitaire de la lecture. Quelques petites phrases pour exprimer des émotions. Et c’est tout.

Parler des personnages déjà. Dire que l’auteur leur donne une substance et que malgré les dangers des clichés, les caractères torturés paraissent presque inédits. Dire qu’il a su créer l’empathie du lecteur, voire la totale surprise quant à leur destin.

Ensuite, décrire le décor sinistre, les lieux fantômes et l’angoisse qu’ils procurent. Faire ressentir l’inquiétude de la vérité cachée sous la fiction. Parler de Tchernobyl et pas seulement. Mettre en exergue cette façon qu’à l’auteur de nous replonger dans des affres presque oubliées malgré un sujet si souvent exploité. Réaliser que des choses ont changé depuis, qu’il semble y avoir plus de malades qu’auparavant. Que soi-même peut-être…

Et puis aller plus loin, se dire que les gouvernants se foutent de tout, se foutent de nous. Ou bien qu’ils sont comme tout un chacun, dépassés par des événements incontrôlables. Que le mal est fait et qu’il sera encore fait. Qu’on oublie certaines choses et qu’on recommence les mêmes erreurs. Encore et encore.

La page n’est plus blanche, elle se remplie de mots qui viennent pèle-mêle et auxquels il faut bien donner un ordre et un sens. Ne pas se laisser déborder par eux mais bien faire comprendre que ce genre de roman va bien plus loin qu’un simple récit.

Ne pas oublier de parler du travail formidable de l’auteur. Des recherches effectuées, de l’écriture soignée et de l’oubli de la facilité pour seulement un second roman.

Dire enfin que cela faisait bien longtemps qu’un aussi bon thriller n’était pas passé entre mes mains.

 

4ème de couv’

 

Un cadavre atrocement mutilé suspendu à la façade d’un bâtiment. Une ancienne ville soviétique envoûtante et terrifiante. Deux enquêteurs, aux motivations divergentes, face à un tueur fou qui signe ses crimes d’une hirondelle empaillée.
Et l’ombre d’un double meurtre perpétré en 1986, la nuit où la centrale de Tchernobyl a explosé…

Morgan Audic signe un thriller époustouflant dans une Ukraine disloquée où se mêlent conflits armés, effondrement économique et revendications écologiques.

5 réponses »

  1. La vraie et grande belle surprise de cette année pour moi en matière de thriller. Des ingrédients comme tu les décris si bien et une intrigue qui tient sacrément la route !

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s