Norek Olivier

Olivier Norek, Surtensions

W_kbmtw2J7s0jfZlIuMBqP1ghBgLe talent d’un écrivain se reconnaît aussi à sa façon de se renouveler. Olivier Norek prouve qu’il a choisi la bonne voie en proposant un troisième opus différent de ses premiers romans. Les acteurs sont les mêmes, le décor est toujours planté dans une ville imaginaire de la Seine Saint Denis mais les mêmes ingrédients donnent une recette nouvelle sans pour autant faire oublier la saveur de la première.

En bon chef, Olivier dirige son équipe dans des histoires parallèles qui finissent par se rejoindre. La sauce prend instantanément et avec violence, comme à son habitude et l’expérience de terrain de l’auteur fait prendre corps aux personnages.

Sans oublier les cités du 93 qu’il connaît bien pour les avoir arpentées dans sa précédente vie, Olivier Norek les délaisserait presque en mettant plutôt l’accent sur les violences faites en milieu carcéral et en pointant du doigt certaines injustices inhérentes à une administration poussive et rigide.

Le Far West moderne qu’il décrit ne tombe pourtant pas dans le piège manichéen dans lequel il aurait été simple de plonger car Olivier connaît les capacités de l’homme à engendrer le bon comme le mauvais. Les bons, les brutes et les truands sont bien présents mais nuancés de sentiments et de couleurs qui les rendent vraiment humains, dans le sens littéral du mot.

La mode est aux clins d’œil amicaux aux collègues et amis écrivains et cet épisode ne déroge pas à la règle. Il est donc amusant de retrouver certains personnages ou certaines rues empruntant les noms d’auteurs que nous connaissons bien. Hommage ludique et bienveillant qui met en avant, une fois de plus, l’amitié sincère que peuvent développer certains auteurs à travers les salons qu’ils sillonnent ensemble.

Toile d’araignée dont l’épicentre est le personnage de Victor Coste, « Surtensions » est abouti et techniquement très réussi. L’évolution et les caractères des protagonistes sont très travaillés sans pour autant voler la vedette à l’intrigue. Quand bien même il serait dommage de passer à côté de « Territoires » et « Code 93 », le roman peut se lire indépendamment des deux précédents.

Les troisièmes aventures de Coste et son équipe sont une belle réussite. L’auteur a su créer une ambiance addictive, qui embarque et qui laisse de côté tous les clichés du genre. Le réalisme qu’il insuffle est certainement dû à son vécu mais laisse la part belle à son imagination qu’il sait utiliser avec beaucoup de talent. Les aficionados de thrillers y trouveront plus que leur compte et en tireront un plaisir certain.

 

 

4COEURS

 

Humeur musicale

Profitons-en pour découvrir un groupe de métal français: Adagio

 

4ème de couv’

1237351

Le capitaine de police, Coste, doit protéger un membre de son équipe. Il se retrouve au coeur d’une histoire réunissant pédophile, assassin, kidnappeur, braqueur… Pour s’en sortir, il devra faire face à ses démons

Publicités

36 réponses »

  1. Moi je n’ai pas été déçu. J’ai beaucoup apprécié justement le fait qu’il change un peu de registre. Je vous laisse la surprise de découvrir ma chronique… plus tard… 😉

  2. je suis doublement curieux de mon futur avis, sachant que ton ressenti et celui de David sont assez différents. Vers lequel vais-je pencher ? 😉

  3. Bon et bien moi, il est dans mon collimateur celui ci et c’est pas avec ta jolie chronique que je vais l’en enlevé!!!!!J’espère être aussi enthousiaste que toi, même si les comm’ des camarades blogueurs me font un poil peur!!!!^^

  4. Je ne suis pas aussi enthousiaste que toi sur la direction prise par Norek. Attention je trouve que c’est un bon bouquin mais comme il y en a d’autres. Quand je lis du Notek, en tous cas quand ce sont les aventures de Coste, je veux la patte spécifique de Norek. Qu’il évolue sur d’autres territoires ne me dérange pas au contraire mais ce décrochage m’a un peu gêné du coup.

    • Pour une fois, je suis à contre courant dans l’autre sens. 🙂
      Habituellement je n’aime pas quand tout le monde aime. lol
      Je peux comprendre cette légère déception en revanche même si pour moi, c’est plutôt ce qui m’a plu dans celui ci . Comme quoi 😉

  5. Merci pour ce bel avis.
    Mais, car il y a toujours un mais, tu sais bien !
    De mon coté j’ai été quelques peu déçue.
    Je n’ai pas eu pas la surprise du premier et pas la profondeur du deuxième. celui ci est beaucoup moins incisif…
    Il semblerai que Olivier Norek est voulu mettre plus l’accent sur les personnages. mais pourtant ses flics sont moins charismatiques que d’habitude.
    J’ai du louper quelques choses ?
    En m^me tant je ne l’ai pas encore fini.
    En fait j’ai du mal à le reprendre.
    Et ça pour moi c’est un signe !

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s