Vincent Gilles

Gilles Vincent, Hyenae

Mise en page 1Quand j’ai rencontré Gilles Vincent, il parlait de son héroïne Aïcha comme d’une femme réelle, comme si elle prenait chair sous sa plume. Sous les doigts agiles de l’auteur, la créature prend vie et devient presque humaine tant il manipule l’encre comme de l’argile. A croire que certains hommes aiment incarner une femme quand ils écrivent, assurément Gilles Vincent fait partie de ceux-là.

Une femme qui « les cumule » pour citer à nouveau l’auteur. Femme, flic, marseillaise et beurette. De quoi être combative, de quoi être pugnace et en tout état de cause, de quoi faire un très bon personnage.

Roman court d’à peine 200 pages, Hyenae est un thriller au rythme enlevé et scénaristique. Gilles Vincent permet au lecteur de s’immerger dans son monde sans pour autant être contraint de lire les précédents volumes de la série. Tout est là pour familiariser le lecteur avec les personnages, pour poser l’intrigue avec des rappels bien placés, pour donner la sensation d’un épisode d’une série familière dont on aurait raté les aventures précédentes mais dont on retrouverait le fil aisément.

En revanche, ce format réduit m’a privée de certains développements sur les protagonistes. Une légère frustration toute relative a freinée l’empathie que j’aurais aimée ressentir. Pour autant, la part sombre est efficace, Gilles Vincent a une maîtrise de l’écriture étonnante et sait utiliser les ingrédients d’une bonne recette de thriller pour frapper là où ça fait mal.

Roman à ne pas laisser traîner entre toutes les mains, la violence qui se dégage des pages de Hyenae est sans concession et heurte de plein fouet. Gilles Vincent ne fait pas dans la suggestion et certaines scènes sont à la limite du supportable. A contrario, elles servent le récit et ne l’alourdissent pas.

Les thrillers aussi violents ne sont habituellement pas mes lectures préférées mais l’auteur a semé suffisamment de petits cailloux blancs pour qu’ils éclairent le récit et m’incitent à poursuivre la route à ses côtés. C’est ce que j’appelle le talent.

3COEURS2

 

Humeur musicale

J’ai eu beau me creuser la cervelle, aucun titre ne m’est venu à l’esprit pour accompagner ce roman, alors ce sera un titre que j’ai écouté pendant ma lecture. The Gathering est un groupe néerlandais:

4ème de couv’

ob_d8b78deabc4a06442aa0c21b40dca164_gilles-vincent

Aux abords des écoles, des fêtes foraines, des prédateurs rôdent, chassent et emportent nos enfants. Quatre ans que Camille a disparu. À la sortie de l’école, elle est montée dans une camionnette blanche, et depuis, plus rien. Quatre ans sans nouvelles, sans demande de rançon, sans la moindre piste. Et brusquement, une vidéo surgie de nulle part. Depuis quatre ans, Sébastien Touraine, détective privé, s’est coupé du monde. Depuis que cette gamine a été enlevée à Marseille. Depuis qu’il sait qu’elle n’est pas la seule… Pour aider la commissaire Aïcha Sadia, sa compagne, il va devoir replonger dans une enquête aux confins du supportable. Et pour débusquer le chasseur dont il est devenu la proie, plus d’autre choix que de jouer sa vie et celle des autres…
Machiavélique ! C’est le maître mot de ce thriller… HYENAE, c’est la souffrance, la rancœur, la haine, la peine… C’est une écriture concise, tranchante, sans fioritures, un décor glauque, une atmosphère tendue à souhait… De la tragédie, du sang et des larmes pour ce polar bien ficelé riche en émotions et rebondissements. Les aficionados retrouveront la belle et charismatique commissaire Aïcha Sadia ainsi que son partenaire Sébastien Touraine… Ils y redécouvriront surtout le formidable savoir-faire d’un auteur talentueux, d’un véritable conteur capable de donner à ses personnages chair et âme, de nous faire ressentir leurs désirs et leurs effrois et de nous embarquer jusqu’au bout de la nuit…

Jigal, Février 2015

 

Publicités

22 réponses »

  1. Tu commences la trilogie qui finalement est plutôt une tétralogie par la fin toi !
    Même pas peur, tu prends le plus noir, le plus trash aussi, le plus violent à mon avis…
    Au moins t’es prévenue, comme cela tu vas pouvoir revenir en arrière en toute tranquilité et découvrir les premières aventures d’Aïcha sereine. 🙂
    Merci une nouvelle fois pour ce beau retour de lecture.
    Tu sais que j’ai des complexes après ça à donner mon avis 😉

  2. oui Gilles Vincent flirte avec la ligne jaune dans cette sorte d’exercice de style sur le thriller noir. Mais il ne la dépasse pas, avec talent. Tu le dis très bien dans ta chronique
    Tu verras, si tu essayes, que ses autres romans sont différents

  3. Je crois que ça ne me conviendra pas….Même si avec ce que tu en dis, on souhaite connaitre cette écriture de talent, mais je crois que avec ma sensibilité, ça va pas coller……
    Bon weekend à toi!!!!;)

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s