Mayeras Maud

Maud Mayeras, Hématome

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4ème de couv’

Dans une chambre d’hôpital, une jeune femme se réveille péniblement. Elle ne sait ni qui elle est, ni pourquoi son corps hématomeindexla fait autant souffrir: sa mémoire est comme effacée. A son chevet, Karter, son compagnon, effondré, lui apprend qu’on l’a agressée, puis violée. Dès sa sortie, Emma, assaillie par des flashs terrifiants, tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Qui l’a agressée alors qu’elle attendait un enfant? Quel grand malheur a mis un terme à sa carrière? Et pourquoi le silence la sépare-t-il de son père depuis toutes ces années? Bribe par bribe, les souvenirs resurgissent, sans apporter compréhension ni réconfort. Emma croise des personnages de plus en plus inquiétants et la mort semble peu à peu tout recouvrir autour d’elle…

Humeur musicale

(A écouter pendant la lecture de cet article)

Nous avons certains gouts en commun Maud et moi, notamment ceci:

Ce titre en référence aux ailes tatouées dans le dos d’Emma.

Mon avis

5 ETOILES

25 ans est un âge insouciant. A cet âge, le commun des mortels est à peine rentré dans l’âge adulte. A 25 ans, on pense »copains, boîtes, sorties, etc ». imagesCAQPXZ1R

Maud Mayeras, elle, à 25 ans, a écrit Hématome, son premier roman…

L’admiration que j’ai pour Maud va au delà de son talent car elle est, à mes yeux, LA révélation de ces dernières années. Le don de Maud Mayeras est de faire plonger ses lecteurs profondément, dans les eaux troubles de ses histoires. Quand on touche le fond, on donne une impulsion et on croit qu’on remonte à la surface mais c’est sans compter sur cette maîtrise de l’intrigue qui fait sombrer encore plus loin, dans des eaux encore plus noires. Au final, on se laisse porter par le courant et on s’y noie avec délice.

Pour un premier roman, Hématome est révélateur de ce don. D’un fait divers tristement banal, Maud réussit à écrire un roman sombre, violent, psychologiquement lourd, usant de faux-semblants telle une auteure chevronnée, l’atmosphère lente, oppressante et allant crescendo rappelant un peu le style de Gillian Flynn.

Là où on pourrait s’attendre à user d’indulgence pour un premier roman, on oublie jusqu’au fait même que c’est le premier justement car la maîtrise qui sue par toutes les pages d’Hématome est bluffante et le choc final à la hauteur de tous mes espoirs.

En seulement deux romans, Maud Mayeras s’est fait un nom et une place dans le paysage littéraire. Ses (anti) héroïnes sont autant de cris contre la maltraitance aux femmes et aux enfants. Sous ces mots et ces phrases percutantes, se cachent bien plus qu’un simple roman noir..

Maud manie sa plume comme un peintre son pinceau. Avec délicatesse pour poser ses mots, par petites touches successives pour imposer ses phrases courtes. Quelques couleurs vives et rouges deci delà pour la violence et au final, une fresque magistrale.

Chapeau bas l’artiste !

:

 

Publicités

11 réponses »

  1. Mais quelle belle chronique!! Tu me donnes des frissons!!! Un livre que j’ai lu il y a longtemps mais qui restera gravé à tout jamais dans mes tripes!!!

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s