JC Hutchins

J.C. Hutchins et Jordan Weisman, Chambre 507

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4ème de couv’

indexZConstruit en 1875 à New York dans les profondeurs d’une ancienne mine de grès, l’hôpital Brinkvale renferme les criminels les plus extrêmes : trop dangereux pour l’asile, trop déséquilibrés pour la prison. C’est là que Zachary Talylor, thérapeute, doit analyser la personnalité de Martin Grace, afin de déterminer si celui-ci est suffisamment sain d’esprit pour répondre pénalement des crimes dont on l’accuse. Soupçonné de douze homicides, Grace a annoncé à chaque fois aux victimes leur mort imminente. Et les meurtres ont cessé deux ans plus tôt, lorsqu’il est devenu aveugle. Mais l’affaire est délicate, Grace disposant d’un alibi solide pour chacun des meurtres. Dans la chambre 507 de l’hôpital Brinkvale, l’interrogatoire prend peu à peu l’allure d’un jeu aussi dangereux que passionnant ou un esprit hanté, en proie à des visions prémonitoires, comme il veut le faire croire? Et surtout, pourquoi sait-il tant de choses sur la vie privée de Zachary? Est-il vraiment là par hasard ? Lorsqu’après de multiples coups de théâtre la vérité éclatera enfin, elle sera bien plus surprenante que tout ce que le lecteur a pu imaginer. Ce thriller cauchemardesque à l’atmosphère oppressante et à l’intrigue machiavélique est également un livre interactif. Le lecteur est en effet invité à mener l’enquête au même rythme que le thérapeute, grâce aux nombreuses pièces à conviction contenues dans l’ouvrage (photos, articles de journaux, des archives administratives, etc.).

Humeur musicale

Un des titres cité dans le roman et l’inoubliable Freddy Mercury

Mon avis

3-etoiles

Ce qui fait le succès d’un roman, c’est, en partie, le volume d’encre qu’il fait couler après sa sortie. Certains en produisentinndex des hectolitres pouvant remplir des fûts de bière à Munich tandis que d’autres transpirent péniblement quelques gouttes délavées.

Chambre 507, sorti le mois dernier aux Éditions Super 8, n’en est pas encore une source inépuisable mais, à mon humble avis, est en passe de le devenir.

Preuve en est les avis complètement divergents surfant sur la toile. J’ajoute mes quelques gouttes d’encre afin d’alimenter ce ru et je m’explique :

Sans conteste, Chambre 507 fait partie de ces romans qui attirent le lectorat. Un hôpital psychiatrique en toile de fond, un tueur en série aveugle, un jeune art-thérapeute combattant ses propres démons…autant dire que la quatrième de couverture en a séduit et en séduira plus d’un, tout bon amateur de thriller étant, à mon avis, attiré par les romans se déroulant dans une chambre capitonnée autant qu’une mouche par un ruban collant.

En ce qui me concerne, je n’ai pas eu le temps de battre des ailes et ai foncé dans le piège aveuglément, et ma foi…me voilà fort partagée…

Partagée par le talent d’écriture à quatre mains et deux cerveaux de messieurs Hutchins et Weisman et un certain ennui que j’ai ressenti pendant ma lecture.

Partagée par une histoire mi figue mi raisin, qui ne fait pas débarquer à la destination promise et les étapes surprises flirtant avec le fantastique.

Partagée par un manque de frisson malgré un décor propice à la tension et une fin faisant polémique qui, pourtant, a donné tout son intérêt et son originalité à ce récit.

Partagée, donc. Entre un manque de plaisir évident mais une (fin) non conventionnelle que j’ai beaucoup aimée et qui risque de faire couler un peu, voir beaucoup d’encre…

 

 

 

Publicités

12 réponses »

  1. Comme tout le monde le sait…ce livre m’a rendue complètement dingue!!! J’ai beaucoup aimé mais…il y a un mais…la fin m’a fortement perturbée! J’en garde malgré tout un excellent souvenir!!!!

  2. Décidément, tout se perd… Ma chronique du dimanche favorite est publiée le samedi et ma chronique clone de la mienne ne l’est pas 😉
    moi je me suis éclaté du début à la fin (même si je suis bien d’accord c’est la fin qui change les choses).
    Bon a part ça, j’adore cette chronique, mais bon tu es une extra terrestre pour ça 😉

    • Tout fout le camp ma brave dame! heuuu mon brave monsieur….
      Tu as mis 4 étoiles et moi 3, je n’appelle pas ça une différence notoire 😉
      Et j’ai voulu casser la routine!
      Non c’est faux, c’est juste qu’elle était prête de toute façon 🙂

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s