King Stephen

Stephen King, 22/11/63

4ème de couv’

22-11-63-stephen-king22 novembre 1963 : 3 coups de feu à Dallas.
Le président Kennedy s’écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous
si vous pouviez changer le cours de l’Histoire ?
2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d’une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d’un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d’empêcher l’assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d’un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d’une jolie bibliothécaire qui va devenir l’amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu’altérer l’Histoire peut avoir de lourdes conséquences…
Une formidable reconstitution des années 60, qui s’appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine.

L’auteur

King a eu l’idée de ce roman huit ans après l’assassinat de JFK (un peu avant la publication de Carrie), mais ayant jugé l’événement trop proche et ne stephen_kingcroyant pas avoir les outils nécessaires en main pour une telle entreprise il mit l’idée de côté pour la réutiliser 40 ans plus tard.
En 2012, 11/22/63 a été nommé au prix Locus du meilleur roman de science-fiction et au prix British Fantasy du meilleur roman.

Mon avis

5 ETOILES

J’ai écrit le texte suivant en l’honneur des 50 ans du discours de Martin Luther King délivré le 28/08/63 à Washington, presque trois mois avant l’assassinat de JFK. Ceci est un modeste hommage à un des nombreux défenseurs de la liberté et de l’égalité disparus trop tôt.

Certains mots ont été remplacés bien sûr, mais les constructions des phrases, puisées dans son texte, restent fidèles.

images1

Je fais un rêve.

Je rêve qu’un jour, au fin fond du Maine, dans une ville qui s’appelle Derry, soit élevé un monument en l’honneur du grand King.

J’ai un rêve aujourd’hui !

Je rêve qu’un jour, chaque passionné, chaque amoureux des livres fasse le même voyage que moi. C’est mon espérance.

La dernière page de 22/11/63 n’est pas une fin mais un commencement. Le commencement d’une longue réflexion sur un futur que nous pourrions peut-être changer dans nos songes les plus fous. Oui, mais à quel prix ?

Je n’ignore pas que certains d’entre vous sont sceptiques. Quelques uns parmi vous, et j’en fais partie, ont été récemment déçus par certaines de ses œuvres précédentes, rendant votre foi chancelante.

Donc, mes amis, aujourd’hui je vous dis que quoi que nous devions faire face aux déceptions d’hier et de demain, j’ai tout de même un rêve.

Je rêve qu’un jour le monde sera transformé en une oasis de liberté et de justice et que nul voyage temporel ne soit nécessaire à cela…

J’ai un rêve aujourd’hui !

Que mes mots soient suffisants pour vous donner l’envie et le besoin de découvrir ce chef d’œuvre. Et quand cela se produira, quand vous permettrez aux mots du grand King de retentir, grâce peut-être à moi, je pourrais être heureuse et fière.

Humeur musicale

Le rock et la musique classique se rejoignant, instant intemporel

Advertisements

19 réponses »

  1. Waouh ta chronique , whaou
    Si j’avais pas déjà lu ce livre je ferais le pied de grue devant la porte close de ma librairie pour me le procurer.
    mais, je l’ai lu et j’ai pas kiffé, non…
    Va savoir pourquoi, je ne suis ennuyé pourtant il avait pleins de choses pour me plaire celui là. Mais bon, lire ta chronique me réconforte de ses longues pages lues à attendre le déclic. 😉

  2. Je ne suis pas encore totalement en phase avec toi. Je viens juste de le commencer.
    Mais tu peux être fière et heureuse car si j’ai sauté sur ce titre et démarrer ce livre avant les autres, c’est effectivement un peu grâce à toi chère Nath.
    En tout les cas tes mots et ta superbe chronique donne envie de lire et de rêver à travers ces lectures.
    Chapeau bas miss.

  3. coucou ma soeur,
    effectivement depuis -sac d’os- j’ai été très déçu par King et n’ai plus rien lu de lui.
    ta chronique est plus que bien je ne trouve pas de mots par rapport aux commentaires précédents tout es dit.
    par contre je vais le lire c’est sur déjà l’histoire de Kennedy m’a toujours interpellée dans le sens à savoir si ce n’est pas un attentat décidé par les américains ????? comme beaucoup le croient,
    de plus cette chronique nous emmène dans un monde où je pense le rêve à sa place et ça c’est magique, moi aussi je veux pouvoir dire j’ai rêvé 🙂
    bravo encore

  4. Waouhhhh!!!! Une superbe chronique qui m’a procurée des frissons d’émotions!!!!! Je suis admirative là!!! Bravoooo….Je vais le lire…je ne saurai pas faire autrement!!!!!

  5. Wow…
    J’en ai des frissons…
    Ton idée de chronique est géniale, ta façon de la traiter est géniale, ton émotion est communicative !
    Absolument digne de ce chef d’oeuvre unique ! Je suis totalement en phase avec toi
    Wow, merci Nath !

A vot' bon coeur m'sieurs dames...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s